Une page se tourne au Domaine Chantal Lescure

Après 28 ans de bons et loyaux services comme directeur technique au Domaine Chantal Lescure, François Chaveriat a passé le relais fin mars. Après le rachat du domaine en juillet 2022 par l’entrepreneur dijonnais Jean-Philippe Girard puis la cession d’une partie au Domaine Armand Rousseau, François Chaveriat s’est résolu à tourner la page… Peut-être pas tout à fait ?

La vigne n’était pas une évidence pour  François Chaveriat, ce sont les circonstances qui l’y ont mené. Ayant passé un brevet d’agriculteur à Châtillon-sur-Seine, il se destinait au métier d’éleveur. La vie familiale et une annonce opportune pour rejoindre un domaine en Côte de Nuits en ont décidé autrement. Il apprend ainsi le métier à la vigne comme à la cave pendant « cinq vendanges » dans un domaine de Marsannay. C’est ensuite grâce à une embauche au sein de la Maison Labourée-Roi qui était en plein développement qu’il met d’abord les pieds au sein des caves historiques du Domaine Chantal Lescure au cœur de Nuits-Saint-Georges. Cette dernière, après le partage de son domaine, avait choisi de ne s’occuper que de ses vignes et c’est ainsi que Labourée-Roi obtînt l’exclusivité de l’achat de ses raisins et la location de ses caves pour les vinifier ; tâche alors assumée par François.

1996 : le nouveau souffle
Le triste départ de Chantal Lescure a poussé ses enfants a reprendre le Domaine. Quoi de plus naturel que de se tourner vers celui qui y travaillait déjà pour lui proposer une association et la direction technique. Poste que François a exercé depuis le 1er août 1996 jusqu’à il y a quelques semaines. C’est une remise en question radicale des pratiques précédentes et un immense chantier qui s’ouvre à eux. Dès 1997, le choix est fait d’arrêter la chimie pour que les sols reprennent vie et que les raisins soient à la hauteur de leurs terroirs. Le passage d’un vin de négoce qui trouvait surtout sa place à l’export sans grande exigence de qualité à un vin de domaine a nécessité la refonte et la reconstruction du réseau de distribution explique François « tout était à repenser ! Il a fallu convaincre de la qualité de nos vins, bâtir notre réputation en nous tournant davantage vers le réseau français ». Aux nouvelles pratiques culturales, se sont ajoutés des investissements pour moderniser la cuverie, autant d’atouts qui offrirent peu à peu aux vins du Domaine Chantal Lescure le supplément d’âme qui leur manquait. 

Vigneron… et caviste
En parallèle de ses responsabilités au Domaine, dès 2009, François Chaveriat lance une activité de caviste : Dingovino est né ! Un moyen de distribuer les vins du Domaine mais pas seulement ! Les autres régions viticoles sont bien représentées, toujours à la même condition, « que les vins racontent une histoire ! » A présent au coeur du Dijon historique et touristique, Dingovino pourrait offrir bientôt de nouvelles offres comme un bar à vin ou une cave à manger…

Caviste… et vigneron !
François Chaveriat aime son métier, les copains et les projets. Un nouveau est donc né avec trois amis associés. C’est entre Meaux et Coulommiers (à Guérard) que le petit groupe a acheté une ancienne ferme et plante de la vigne. Six hectares en cours pour l’instant mais un beau potentiel de développement. Là aussi, des terroirs intéressants confirmés par une étude géologique poussée. Il faudra guetter l’apparition de ces futures cuvées, en IGP d’île de France issues des cépages bourguignons mais aussi de chenin et de pineau d’Aunis. Ces quatre amis au caractère bien trempé ont nommé leur jeune pousse « Le Domaine des fortes terres » !

Cet article Une page se tourne au Domaine Chantal Lescure est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire