Visite au domaine Markus Molitor, l’ambition de la précision - Routes des vins

Visite au domaine Markus Molitor, l’ambition de la précision

Le 20 juillet 2022, nous étions au cœur de la Mosel allemande, chez le grand vigneron Markus Molitor qui fait partie de notre réseau de domaines partenaires. L’occasion était trop belle pour en apprendre un peu plus sur ce domaine allemand et sur son vigneron, véritable chef d’orchestre pour produire ces nectars si délicieux. La dégustation d’une vingtaine de flacons nous a permis de mieux comprendre le style Molitor, précis et ambitieux. Vous nous accompagnez ?

Bienvenue au domaine Markus Molitor

Nous arrivons au domaine Markus Molitor, et sommes accueillis par Luisa Nagel, en charge des Ventes et du Marketing au domaine.

Arrivée au domaine Markus Molitor

Nous découvrons une grande salle de dégustation destinée spécialement à la réception des clients. L’œnotourisme est en effet très développé au domaine puisque trois personnes travaillent toute l’année pour recevoir des clients particuliers. Luisa nous conduit dans une salle annexe afin que nous soyons plus au calme pour déguster et c’est une dégustation fleuve qui nous attend et qui vous donnera un bel aperçu du tout nouveau millésime que nous venons de mettre en ligne sur iDealwine, ainsi que de la façon dont les vins peuvent évoluer.

Vigneron à contrecourant

Nous sélectionnons quelques cuvées de la centaine qui est produite par le domaine. Le domaine Markus Molitor c’est tout de même 120 hectares de vignes répartis sur 24 crus différents. Il n’a cependant pas toujours fait cette taille. Markus Molitor est la 8ème génération d’une famille vigneronne. Il reprend le domaine en 1984 à 20 ans et est déjà très ambitieux à l’époque, avec son petit hectare et demi autour de la maison. Produire des nectars de grande qualité a tout de suite été son objectif mais il démarre à une époque où les vins de Moselle ne sont pas au meilleur de leur forme. Dans les années 80, beaucoup de vignerons de la région se tournent plutôt vers une augmentation de la rentabilité. Les surfaces viticoles s’agrandissent, mais l’accent est mis sur les vignobles peu pentus car plus difficiles et couteux à travailler. C’est ainsi que Markus Molitor pourra agrandir son vignoble, à contrecourant, avec une majorité de vignes en pente.

Le soin à la vigne et la précision au chai

Aujourd’hui, Markus Molitor emploie une centaine de personnes sur l’exploitation dont la majorité travaille dans les vignes. En nous baladant dans le vignoble, nous comprenons rapidement pourquoi : le travail manuel est laborieux et indispensable tant les vignes sont escarpées. C’est une vraie prouesse du vigneron d’avoir fait perdurer un tel patrimoine viticole… La majorité du vignoble est constituée de sols de différents types de schistes. La pression de la maladie est importante dans la région, donc le domaine a tout de même décidé de faire des traitements pour sauver la récolte. La taille et l’effeuillage de la vigne sont réalisés avec précaution, pour accompagner au mieux les flux de sève et éviter le stress.

La vue depuis le domaine

Au chai, Markus Molitor est le chef d’orchestre et prend toutes les décisions, de la récolte à la mise en bouteille et souhaite aller dans le détail, d’où le grand nombre de cuvées différentes. Toutes sont vinifiées avec les levures indigènes et pour les cuvées de capsules blanches, pour lesquelles la fermentation n’est pas stoppée, Markus Molitor souhaite laisser faire ces levures indigènes sans ajouter de levures exogènes pour finir les sucres, ce qui ne correspond pas à sa philosophie.

Les cuvées d’entrée de gamme sont vinifiées en cuve inox tandis que les autres passent dans des foudres pour les blancs. Les grandes cuvées de pinots sont vinifiées en bois neuf avec des chauffes légères afin de ne pas trop marquer les vins par le bois. La durée d’élevage varie selon le millésime. La fermentation des blancs (pour les capsules vertes et dorées) est interrompue par une combinaison d’ajout de soufre et en refroidissant les vins. Les vins sont filtrés afin d’éliminer les levures.

Jusqu’en 1987, la production de pinot noir était interdite en Moselle. C’était un héritage du régime nazi qui ne voulait pas voir de vignes françaises sur les terroirs allemands. Le pinot noir était donc vraiment anecdotique jusqu’alors. Lorsque cela a été autorisé, Markus Molitor a très vite planté du pinot noir et les millésimes chauds se multipliant encore aujourd’hui, les maturités sont très intéressantes et les vins gagent en complexité. Le phénomène du rosé est lui encore plus récent, nous confie Luisa.

Les vues de macération pour les liquoreux

Comprendre la gamme des vins du domaine

La gamme de Markus Molitor est étendue mais plutôt claire lorsqu’on a les clés pour la déchiffrer. Les voici pour vous ? Il y a tout d’abord le système de classification de Qualitatswein mit Prädikat, commun à tous les vins allemands. Il se divise en cinq niveaux de prädikat suivant la densité de moûts des raisins (sa teneur en sucre) au moment de la vendange (et non pas dans le vin fini). Voici le classement, de la plus faible teneur en sucre à la plus élevée : Kabinett, Spätlese, Auslese, Beerenauslese (BA), Trockenbeerenauslese (TBA). Généralement, ces niveaux sont le résultat de passages successifs lors des vendanges qui sont effectués pour ramasser les raisins aux maturités voulues, sachant que pour les TBA, les baies, lorsqu’elles sont vendangées, ressemblent à des raisins secs.

Au domaine Markus Molitor, deux autres niveaux de lecture sont ajoutés : la couleur des capsules et les étoiles.

La couleur de la capsule est déterminée en fonction du taux de sucre résiduel dans le vin. En effet, celui-ci dépend du taux de sucre initial dans les raisins ainsi que de la décision ou non pour Markus Molitor en personne d’arrêter la fermentation d’un vin.

  • Capsule blanche (white capsule) : sur les cuvées de cette gamme, les fermentations ne sont pas stoppées et vont jusqu’au bout. Les blancs peuvent toutefois avoir encore un peu de sucre résiduel mais cela est peu perceptible à la dégustation.
  • Capsule verte (green capsule) : pour les Kabinett, la fermentation est arrêtée aux alentours de 9,5% degrés d’alcool. Pour les Spätlese et les Auslese, la fermentation est arrêtée aux alentours de 10/10,5%.  Cette gamme aura donc plus de sucres résiduels que celle à capsule blanche puisque la fermentation est arrêtée avant que tous les sucres n’aient été consommés par les levures.
  • Capsule dorée (gold capsule) : la fermentation est arrêtée à environ 7,5% degré d’alcool. Le degré d’alcool plus faible nous indique des taux de sucre résiduel plus élevés que les deux autres gammes.

Enfin, quant aux étoiles sur l’étiquette, celles-ci sont décidées au moment des mises en bouteille, où tous les vins sont à nouveau dégustés. Elles définissent la puissance des vins (qui est souvent elle-même liée à la maturité des raisins). Cela va de 1 à 3 étoiles. Le domaine est particulièrement réputé pour ses ausleses à 3 étoiles car ce sont généralement les cuvées les mieux notées par la presse.

Le domaine est conscient que ce système de classification est assez complexe mais il souhaite être le plus précis possible car les clients n’ont pas nécessairement les connaissances techniques pour déchiffrer les étiquettes sans ces indications.

Tous les vins du domaine que nous avons dégustés

  • Les rosés & les rouges :

Haus Klosterberg rosé 2021 : cette cuvée faite pour être bue jeune est très agréable, le nez a de jolies notes de fruits rouges frais sans être trop exubérant, et la bouche est éclatante, droite et avec toujours ces arômes de fruits rouges. Haus Klosterbeg est d’ailleurs le nom du domaine.

Haus Klosterberg pinot noir 2018 : le nez est expressif et dévoile des arômes floraux, de fruits rouges. La bouche juteuse est rafraichie par une jolie amertume en finale. Les paramètres de vinification varient d’un millésime à l’autre, et en 2018 cette cuvée a été élevée en fût. Elle pourra facilement se garder jusqu’à 8 ans.

Einstern 2018 : il s’agit d’un deuxième pinot noir, vinifié intégralement en fût (peu de bois neuf est utilisé pour cette cuvée). Le nez présente toujours des notes florales mais plus légères, les fruits sont plus mûrs. La bouche est ici davantage structurée mais la finale accompagnée d’amers reste bien présente, signature des terroirs de schistes. Cette cuvée se gardera aussi jusqu’à 12 ans.

Brauneberger Klostergarten ** 2018 : cette cuvée de pinot noir est intégralement vinifiée et élevée en bois (neuf à 50%). Le nez est très chaleureux, un côté sanguin et animal s’en dégage (comme on pourrait le retrouver dans certains crus de la Côte de Beaune), ainsi que des notes de chocolats et d’épices données par le bois neuf. La bouche est puissante et bien que marquée par l’élevage, délivre des fruits noirs mûrs. Il faudra l’attendre encore quelques années.

Graacher Himmelreich *** 2018 : cette cuvée est issue des plus vieilles parcelles de pinot noir du domaine, plantées il y a 30 ans. Vinifiée et élevée dans des fûts (dont 50% de bois neuf), son élevage est plus intégré que sur d’autres cuvées. Le nez est encore en retrait, l’on ressent qu’il a encore besoin de temps pour s’exprimer, la bouche offre une belle matière, soutenue par de la fraîcheur et à la finale très salivante et minérale.

Les vins dégustés lors de notre visite
  • Les blancs :

Capsule blanche (white capsule)

Haus Klosterberg blanc 2020 : cette cuvée est un assemblage de différentes parcelles du domaine. La vinification se fait majoritairement en cuve inox à basse température et le vin reste sur lies quelques mois avant d’être mis en bouteille. Le nez dévoile des notes d’agrumes, la bouche est ronde et fruitée. C’est un vin simple qui saura être polyvalent.

Alte Reben Saar 2020 : ce sont les vignes qui ont été le plus récemment acquises par le domaine, dans la vallée de la Sarre. Le nez est marqué par les fruits blancs, les agrumes, la bouche est ronde et la finale présente des amers qui apportent de la fraîcheur.

Saarbruger Rausch Spätlese 2020 : il n’y a pas de baies botrytisées dans cette cuvée mais les raisins sont vendangés tardivement (généralement vers la fin octobre, mais cela dépend du millésime). Les vinifications se font en foudre, à température froide et le vin passe un an sur lies. Le nez s’ouvre avec des fleurs blanches, des agrumes et des fruits à noyau, la bouche est minérale et conserve des notes de fruits à noyau. La finale est marquée par les amers. 

Saarbruger Rausch Spätlese 2017 : Le nez a commencé à évoluer vers des notes pétrolées mais aussi exotiques (papayes, citron vert), la bouche est droite et tendue.

Ürziger Wüzgarten Spätlese 2015 : cette cuvée vient de sortir, chaque année Markus Molitor choisit une cuvée sur un millésime décalé. Le choix se fait, comme beaucoup d’autres décisions au domaine, à la dégustation. Le nez est marqué par l’évolution avec des notes pétrolées, de miel d’acacia et de fruits exotiques (maracuja, ananas). La bouche est très longue et minérale, aux saveurs de miel.

Erdener Treppchen Auslese ** 2020 : le nez est floral et présente des notes d’herbe coupée, la bouche est droite avec une belle acidité, qui structure la texture, et très longue, avec des notes de fruits à noyau.

Bernkastler Lay Auslese ** 2020 : un nez de fruits à noyau (pêche, abricot) et de jasmin, la bouche est pleine et rafraîchie par une belle amertume.

Après la dégustation de ces deux bouteilles, Luisa nous confie qu’elles sont ouvertes depuis 4 mois. Aucune oxydation, aucun arôme fané sur ces vins qui étaient encore d’une grande fraîcheur. Cela en dit long sur le potentiel de garde des vins du domaine. Précisons tout de même que le sucre résiduel est d’environ 10 grammes par litre sur ces deux cuvées, ce qui explique leur conservation.

Zeltinger Sonnenuhr Auslese *** 2020 : la robe est très claire, avec de légers reflets verts. Le nez s’offre avec des fruits exotiques (ananas, fruit de la passion), la bouche est vive, avec des agrumes et une belle minéralité et une finale amère.

Zeltinger Sonnenuhr Auslese *** 2011 : la robe est jaune paille. Ce sont à présent des fruits exotiques séchés que l’on sent au nez, des notes de miel et d’évolution. La bouche gagne en épaisseur et en densité mais la finale, jolis amers, est toujours présente.

Capsule verte (green capsule)

Ockfener Bockstein Kabinett 2020 : un nez d’herbes aromatiques, de fruits blancs. En bouche la sucrosité est supportée par une belle trame acide et l’on retrouve toujours ces notes d’herbes aromatiques, et de citron. Les raisins viennent de vignes situées dans la Sarre, région au climat plus frais.

Zeltinger Schlossberg Auslese ** 2005 : c’est un vin complexe, le nez est évolué avec des notes de champignons, de fruits exotiques séchés. La bouche a une belle texture, des notes de miel et de champignon, la finale fraîche et très salivante.

Capsule dorée (gold capsule)

Wehlener Sonnenuhr Kabinett 2020 : le nez est floral et la bouche ronde tranche par une finale à la minéralité persistante.

Zeltinger Sonnenuhr Kabinett 2021 : cette cuvée est prise sur cuve. Nous sentons encore les arômes des lies mais aussi de fruits à noyau, la bouche est très fruitée et l’acidité prononcée.

Zeltinger Schlossberg Spätlese 2018 : le nez est caractérisé par des notes d’agrumes et la bouche des saveurs de fruits à noyau.

Zeltinger Schlossberg Spätlese 2003 : le vin prend une toute autre dimension avec le vieillissement et gagne une grande complexité. Des arômes de miel, d’abricots séchés et de tarte tatin se dégagent. La bouche a des saveurs très persistantes de fruits cuits et de bonbons au miel. Le vin est d’une belle fraîcheur et est parfaitement équilibré.

Ces deux millésimes étaient similaires d’un point de vue des conditions météo.

Zeltinger Himmelreich Auslese *** 2018 : nez d’agrumes et de fleurs blanches (chèvrefeuille), la bouche est mielleuse et contrebalancée par une belle fraicheur. Il y a beaucoup de nuances et de complexité dans cette cuvée.  

Les vins du domaine sont caractérisés par une grande précision et gagnent en relief et en complexité avec un peu de vieillissement… Nous ne saurions que trop vous recommander de patienter quelques années.

Nous tenons à remercier Luisa pour son accueil et cette belle dégustation, ainsi que toutes les précisions apportées sur la philosophie du domaine.

Tous les vins du domaine

Lire l’article de blog « Markus Molitor | L’élite des vins allemands »

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire