Yves Leccia vole de ses propres ailes hors AOC

Yves Leccia, qui a choisi de sortir de l’appellation Patrimonio, pose un regard critique sur l’évolution du vignoble corse et passe la main de la présidence de l’UVA Corse.

« A mon âge, on a de moins en moins envie de contraintes et je me sentais à l’étroit dans le cadre de l’AOP » ironise Yves Leccia en évoquant sa décision « pè un sofflu du libertà (pour un souffle de liberté)». Le vigneron sexagénaire, figure emblématique du vignoble corse a décidé l’an dernier de sortir de l’appellation Patrimonio. « J’aurais aimé une évolution plus rapide du cahier des charges car nous sommes la seule AOP de Corse à ne pas avoir intégré des cépages identitaires comme le minustellu ou le carcajolo nero, au moins de quelques pour-cents, pour voir ce qu’ils pouvaient apporter aux vins ». A ce jour, les rouges de Patrimonio ne peuvent être élaborés qu’à partir de 90% minimum de niellucciu assemblé au grenache ou au sciaccarellu, et les blancs doivent être à 100% vermentinu. « Nous avons la chance d’avoir en Corse le vermentinu mais il faut toujours se garder la possibilité d’évoluer. Plus la palette d’un peintre est grande, plus il a de nuances ». Ainsi Yves Leccia qui a déjà replanté du bianco gentile va s’essayer au rimenese et au genovese. 

Le vigneron a plus d’un grief dans son sac. Il regrette également que l’appellation ait fermé la porte à l’irrigation. « Ce n’est pas pour faire des volumes mais juste pour se garder une issue de secours les années de grande sécheresse ». Yves Leccia râle aussi « sur la gestion séparée des AOP et des IGP alors que tous les vignerons corses produisent dans les deux catégories et qu’il serait plus simple de jouer sur les deux intelligemment ». Certains lui reprochent d’ailleurs de franchir la passerelle trop allègrement.

Yves Leccia a donc décidé avec sa femme Sandrine de sortir de l’appellation, « histoire de jeter un pavé dans la mare et d’inciter à la réflexion, explique-t-il. J’y reviendrai peut-être plus tard. Je ne vais pas pour autant déclarer en Vin de France car avec ce terme, on ne sait pas où on est ». Il a donc déclaré ses vins en IGP Ile de Beauté pour continuer à afficher « un signe de reconnaissance de qualité corse ». En revanche, il semble en accord avec la nouvelle présidente de Patrimonio, Marie-Françoise Devichi, sur la possibilité de créer une nouvelle catégorie « Réserve » afin d’inciter les vignerons à travailler sur les rouges « à condition de faire des efforts de sélection parcellaire mais aussi d’élevage ». 

Les 17 hectares en production du domaine éponyme sont certifiés AB ; Le couple Leccia travaille les vignes en biodynamie depuis longtemps avec une certification Biodyvin pour le millésime 2023. « Avec des maturités importantes, le dernier millésime a été très mûr très vite et il est plus difficile, dans ces conditions, de travailler en levures indigènes mais on y arrive ». Le vigneron élabore 50% de vins en rouges, 35 % en blancs, le reste en rosés. Une sur-représentation des rouges atypique dans un vignoble toujours majoritairement rosé et avec des blancs en progression constante.

La passation à l’Uva Corse
Autre actualité pour Yves Leccia en ce début d’année : Après dix années de présidence de l’association Uva Corse, il vient de passer la main à Christophe Ferrandis (Clos Signadore) avec pour vice-président Marc Imbert (Domaine Torraccia), fils de Christian Imbert qui avait créé il y a près d’un demi-siècle l’association qui regroupe les propriétaires de caves particulières de l’île, productrices d’AOP. « J’ai tenu à soutenir cette structure, ne serait-ce que par respect pour Christian Imbert qui avait rencontré tant de difficultés au début pour faire reconnaître la qualité de nos vins mais il était temps de passer la main à la nouvelle génération. Il faut continuer à défendre les caves particulières comme le font les VIF au niveau national mais faire une autre communication. Car entre-temps, le Comité Interprofessionnel des Vins de Corse s’est beaucoup développé ». L’Uva Corse organise toujours deux dégustations par an  à Paris pour permettre aux cavistes et CHR de commander des bouteilles mais aussi pour faire connaître les plus jeunes vignerons qui n’ont pas encore beaucoup de notoriété. Le nombre de membres est d’ailleurs passé de 29 à 32 avec l’entrée des domaines Vincenits (Patrimonio), Peretti della Rocca (Figari) et l’Apa (Ajaccio). « Nous allons prendre le temps de faire un bilan pour envisager une évolution de la formule mais nous maintiendrons les rendez-vous parisiens qui représentent des commandes de 40-45000 bouteilles par an » annonce Christophe Ferrandis.

Cet article Yves Leccia vole de ses propres ailes hors AOC est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire