Ruinart sommeliers challenge : une affaire de femmes - Routes des vins

Ruinart sommeliers challenge : une affaire de femmes

Trois éditions et trois victoires pour des sommelières ! Ce lundi 22 novembre, à Reims, c’est la Japonaise Seika Hosokawa, en poste à Paris, qui a inscrit son nom au palmarès.

Le jury présidé par Hervé Bizeul (vigneron en Roussillon et ancien sommelier) et composé de Ann Long (lauréate de l’épreuve en 2019) et Louise Bryden (œnologue Ruinart) a été conquis par la copie rendue par Seika Hosokawa. Copie, parce que le Ruinart sommeliers challenge n’est constitué que d’un seul atelier écrit. En l’occurrence, ce lundi 22 novembre à Reims, un commentaire de dégustation inspiré de l’esprit WSET de quatre vins effervescents.

Lorsque débutait le challenge, les douze candidats n’avaient qu’une certitude, aucun ne serait issu des célèbres crayères qui s’étendent sur des kilomètres à 40 mètres au-dessous du sol de la maison fondée en 1729. Une seule consigne aussi, les deux premiers commentaires devaient être rédigés en français et les deux suivants en anglais. Un bilinguisme destiné à tester la capacité des participants à s’exprimer dans une autre langue et donc à pouvoir communiquer avec les vainqueurs issus d’une douzaine d’autres pays. Car l’été prochain, tous se retrouveront en Champagne le temps d’une intense semaine de visites, de dégustations et donc d’échanges.

Mais avant de se projeter sur ce rendez-vous, il fallait donc analyser, justifier, proposer des accords mets-vins et, à la fin, tenter d’identifier quels vins les organisateurs avaient sélectionné. Tous étaient issus de Champagne. Dans l’ordre il s’agissait des cuvées Le Mont-Aigu 2013 (champagne Guiborat, 100% chardonnay de Chouilly), La côte à bras 2008 (champagne Joseph Perrier, 100% pinot noir de Cumière), Grand cellier d’or 2015 (champagne Vilmart, 80% chardonnay et 20% pinot noir de Rilly-la-Montagne), et enfin Rue des noyers 2015 (champagne Benoît Déhu, 100% pinot meunier de Fossoy).

Seika Hosokawa, sommelière japonaise du restaurant Le Jules Verne à Paris, s’est donc montrée la plus perspicace et la plus inspirée par ces quatre vins. Elle confirme au passage que ce challenge est, depuis sa création en France, exclusivement une affaire de femmes. Chloé Laroche (Hôtel Bristol) et Bruno Scavo (sommelier indépendant) figurent à ses côtés sur le podium.

Cet article Ruinart sommeliers challenge : une affaire de femmes est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire