Les rosés d’Anjou maintiennent le cap en France comme à l’export - Routes des vins

Les rosés d’Anjou maintiennent le cap en France comme à l’export

Les vins rosés tendres de l’Anjou font des adeptes depuis plusieurs années. L’engouement se confirme en 2020 avec une belle progression en dépit d’une conjoncture difficile.

Avec ses vins rosés demi-secs, l’Anjou se distingue du reste de la France et du reste de la vallée de la Loire. Le plus apprécié en France est le Cabernet d’Anjou, issu comme son nom l’indique du cépage cabernet (cabernet franc), un rosé toujours assez coloré, très parfumé, avec une sucrosité en bouche qui le fait apprécier des gourmands avec les gâteaux et desserts aux fruits, mais aussi à l’apéritif. Le rosé d’Anjou est un peu moins coloré et un peu moins sucré : un vin dont le style varie d’un domaine à l’autre, car tous les cépages peuvent s’y retrouver, grolleau, cabernet franc, cabernet sauvignon, pineau d’aunis, gamay et côt. L’échelle de douceur varie aussi beaucoup, mais il semble que la tendance soit à des demi-secs de moins en moins doux. Ils se boivent facilement autour d’un apéritif dinatoire et séduisent les plus jeunes consommateurs et les nouveaux venus au monde du vin.

Cabernet d’Anjou, n°1 en grande distribution

Vins « plaisir » par excellence, faciles à servir en toutes circonstances, les rosés voient leurs ventes croitre régulièrement. Dans la grande distribution, qui commercialise la majorité des vins rosés en France, les rosés du Val de Loire représentent 30 % des volumes de vins d’appellation, en progression de 1,6% par rapport à 2019. Le cabernet d’Anjou arrive en têtes des AOP rosés de la vallée de la Loire en concentrant 72% des volumes, (+2,4% en 2020), bien devant le rosé d’Anjou (17%) et le Rosé de Loire (7%). Ce dernier est un vin sec, qui lui peut provenir de toutes les zones de la Vallée de la Loire et réalise une progression de 7% de ses ventes, la plus belle croissance dans le trio des rosés AOP de la Loire. La plupart de ces vins sont commercialisés à moins de 9 €, ce qui contribue aussi à leur succès.

Réussite à l’export

En dépit de la crise sanitaire mondiale et des taxes américaines qui ont particulièrement impacté les vins du val de Loire – puisque leur degré est généralement inférieur à 14% – les ventes des vins du Val de Loire ont progressé à l’export en 2020. Le pourcentage de progression est de 1,5%, mais c’est une tendance qui était déjà amorcée depuis 2019. C’est en Europe et en Australie que les rosés demi-secs de l’Anjou évoluent le plus.
Le marché le plus porteur reste la Belgique, où les rosés du Val de Loire représentent 40% des volumes de vins ligériens et affichent une progression de 16,7%. La Grande Bretagne et l’Allemagne restent dynamiques mais c’est dans d’autres pays européens que les ventes de la Vallée de la Loire grimpent le plus : + 26 % aux Pays-Bas, + 20% en Suisse, + 18% en Suède.
Les ventes vers les Etats-Unis ont globalement pâti de la surtaxe Trump de 25% récemment suspendue, sauf pour le Rosé d’Anjou qui a profité d’un nouveau souffle depuis le dernier trimestre 2020. Les ventes d’AOP Rosé d’Anjou et Cabernet d’Anjou explosent également en Australie, avec également une croissance à deux chiffres (+17% par rapport à 2019).

Alors que les vins ligériens dans leur ensemble accusent une baisse moyenne de 6,3% de leur prix au départ des caves, les rosés tendres de l’Anjou échappent à cette tendance avec une hausse de 3,5% de leur prix.

Cet article Les rosés d’Anjou maintiennent le cap en France comme à l’export est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire