[Grands Jours de Bourgogne] Santenay, Maranges, Saint-Aubin, les pépites de la Côte de Beaune

Dernier jour des Grands Jours de Bourgogne, consacré aux appellations de la Côte de Beaune. À côté des stars nommées Pommard, Volnay, Meursault, Chassagne ou Puligny-Montrachet, les amateurs sont invités à dénicher des pépites dans des appellations voisines, qui restent encore accessibles.

Alors que le grand événement professionnel des Vins de Bourgogne s’apprête à fermer ses portes sur une édition 2022 très réussie, les dégustateurs étaient invités aujourd’hui à focaliser leur attention sur les appellations de la Côte de Beaune, entre Corton & Corton-Charlemagne d’un côté, Meursault de l’autre et, entre les deux, une impressionnante concentration d’exposants au Palais des Congrès de Beaune, représentant le « derby » Pommard & Volnay, les « aristocrates du Mont Chauve » (Puligny-Montrachet & Chassagne-Montrachet) mais aussi tout un éventail d’appellations moins starisées mais recélant un grand nombre de pépites accessibles pour les amateurs.

Direction Santenay, à la rencontre de David Moreau et son épouse Blandine, installés depuis 2009 à la tête de 9 hectares. David, qui a fait sa formation technique entre Beaune et Dijon et ses armes dans des domaines aussi prestigieux que la Romanée-Conti ou Beaucastel à Châteauneuf (mas a « tout appris » chez Olivier Lamy à Saint-Aubin, voir ci-dessous), a repris les vignes de ses grands-parents en s’orientant vers une viticulture vertueuse, sans désherbants, avec une attention méticuleuse portée à la vie des sols. Depuis une douzaine d’années, il peaufine une gamme d’une très belle précision, où Santenay occupe une place centrale, escorté de Maranges, Pommard, Meursault, un Bourgogne pinot noir et un Aligoté. La gamme s’étire entre des prix allant de 10 à 40 euros TTC. Une très jolie cohérence d’ensemble, où se distinguent un Santenay « Cuvée S » 2020 assemblage de deux parcelles village, sur un fruit mûr et juteux, tonique, à la concentration maîtrisée ; un Santenay 1er Cru « Beaurepaire » 2020 floral, sur une aromatique retenue et une texture en finesse, dans la droiture ; et un Santenay 1er Cru « Clos des Mouches » 2020, vrai coup de cœur, d’une belle complexité, campé sur une trame crayeuse et un fruit saillant, désaltérant et élégant.

Direction Maranges, à la rencontre d’Élodie Roy, qui a repris en 2018 les vignes familiales plantées par son grand-père, soit une dizaine d’hectares déployés sur 7 appellations. Augmentant progressivement ses volumes (elle est passées de 10 000 bouteilles la première année à 26 000 en 2021), Élodie prend ses marques et affirme son style, marqué par l’élégance et l’équilibre des vins. Cela se ressent dès son Bourgogne pinot noir 2020, incluant 30% de vendange entière, un beau jus plein et séveux, qui appelle le verre suivant ; son Maranges Le Goty 2020 (elle travaille les lieux-dits sur cette appellation) issu d’une micro-parcelle de 7 rangs désarme par son léger fumé qui vient twister le fruit al dente ; enfin, le Santenay 1er Cru « Les Gravières » 2020 déploie un parfum séduisant et profond, complexe, en équilibre entre fruité et floral, et affiche un toucher de bouche en suspension, velouté et étiré en longueur.

Direction Saint-Aubin, à la rencontre d’Olivier Lamy à la tête des 18 hectares du Domaine Hubert Lamy. Olivier, qui a repris en 1993 les vignes de son père, produit deux-tiers de blanc et un tiers de rouge, à cheval sur Saint-Aubin, Puligny, Chassagne et Santenay. Il donne toutes ses lettres de noblesse à l’appellation Saint-Aubin, signant des vins de très belle allure, profonds et sculptés, comme ce 1er Cru « Derrière chez Edouard » 2019 tendu, charnu e énergique, ou ce 1er Cru « Clos de la Chatenière » 2019, plus intense, opulent et tapissant, mais rehaussé par une belle note épicée. La race de ces vins se confirme sur la durée, comme en atteste un superbe 1er Cru « En Remilly » 2012 complexe, minéral, finement miellé, porté par la pierre à fusil et la mirabelle.
Toujours du côté de Saint-Aubin, jetez un œil du côté des vins de la Famille Picard, en particulier le 1er Cru « Les Charmois » 2019 d’un bel équilibre classique, sur une maturité à point.

Cet article [Grands Jours de Bourgogne] Santenay, Maranges, Saint-Aubin, les pépites de la Côte de Beaune est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire