La Bourgogne perd Louis-Fabrice Latour - Routes des vins

La Bourgogne perd Louis-Fabrice Latour

Le dirigeant de la maison Louis Latour, figure phare de la Bourgogne viticole, s’est éteint  dans la nuit du 5 au 6 septembre 2022, à l’âge de 58 ans.

Au cœur des années 1970, un garçon prend place, impressionné, dans le bouillonnement des ventes aux enchères des Hospices de Beaune. Louis-Fabrice Latour a 10 ans. Aux côtés de son père, il découvre alors la magie d’un vignoble auquel il va dédier sa vie.

« Nous avons toujours été fidèles à la vente,  pas seulement par à-coups. Mon grand-père, mais aussi mon oncle Jean ont consacré la moitié de leur existence professionnelle aux Hospices », confiait-il à Terre de Vins en 2020. La fidélité : un principe de vie pour celui qui prend la suite de son père en 1999, devenant le représentant de la 11e génération de Latour.

Fidélité à cette maison [lire encadré], ainsi qu’à ses nombreux collaborateurs. Louis-Fabrice tient au style familial  de l’entreprise, à cette gestion qui encourage les carrières et récompense la longévité, avec, entre autres, la remise de médailles du travail. Les salariés le lui rendent bien. Il y a quelques mois encore, alors que le gel menaçait, beaucoup se portaient volontaires pour venir, en pleine nuit, allumer des bougies dans les parcelles.

Fidélité à son vignoble, bien sûr. Louis-Fabrice Latour s’implique, comme l’a toujours fait sa famille, dans les instances professionnelles. Au point que ses pairs lui confient, en 2016, la tête de l’interprofession (le BIVB, Bureau interprofessionnel des Vins de Bourgogne). Un rôle prenant, qu’il souhaite consacrer à l’avenir du vignoble. « En période prospère nous avons le temps de nous poser […]L’axe numéro 1, c’est gérer et restaurer durablement le potentiel de production. Il nous faut identifier et favoriser des pratiques viticoles durables», nous confiait-il dès son entrée en fonction.En 2020, il rempile pour un second mandat, qu’il doit quitter l’année suivante, pour raisons de santé.

Fidélité à sa terre, enfin. Et plus particulièrement celle de la colline de Corton, qui a fait la renommée de la maison. Louis-Fabrice Latour voue une affection particulière à ce terroir de grands crus, où ses ayeux se sont installés début XVIIIe. Aussi, en mai 2022, il tient à célébrer le retour de la Croix de Charlemagne, ouvrage détruit quelques mois auparavant par accident, au cœur des vignes. « Mon message est un message de territoire. Il y n’y a pas de grand terroir sans soin apporté au territoire. Ainsi, sur cette colline, la profession défend le bois, la biodiversité, surveille les carrières… C’est aussi pour ça qu’il était important que cette grande croix revienne parmi nous », s’émeut alors Louis Fabrice Latour, applaudi par les vignerons de la colline. L’une de ses dernières apparitions publiques. Son décès, dans la nuit du 5 au 6 septembre 2022, laisse Corton, la Bourgogne et le monde du vin en deuil.

L’équipe de Terre de Vins présente ses condoléances à la famille Latour et à toute l’équipe de la maison Latour.


LA MAISON LATOUR, DE LA BOURGOGNE AU VAR

La propriété familiale, deux fois centenaire, est située à Beaune et possède 50 hectares en Bourgogne. Elle élargit ses perspectives viticoles depuis les années 1970 : d’abord en Ardèche, puis dans le Var. En 2003 et 2008, Louis-Fabrice Latour rachète respectivement le domaine Simonnet-Febvre (Chablis) et la maison Henry Fessy (Beaujolais). En 2012 enfin, le chef d’entreprise tente l’aventure en sud Beaujolais, dans la région des « pierres dorées ». Mais la maison ne perd jamais de vue ses origines, en produisant, dans toutes ces régions, du pinot noir et du chardonnay.

Cet article La Bourgogne perd Louis-Fabrice Latour est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire