The World’s 50 Best restaurants : Danemark et Italie au firmament - Routes des vins

The World’s 50 Best restaurants : Danemark et Italie au firmament

La cérémonie se déroulait hier soir à Londres et a récompensé des établissements situés dans 24 pays répartis sur 5 continents. 12 nouveaux font leur entrée, quelques Français récompensés (peu) et un sommelier décroche le Beronia World’s Best Sommelier décerné pour la 1ère fois.

Chaque année, c’est la même chose. On l’attend avec impatience même si comme tout classement, il ne veut pas dire grand-chose. Pourtant, les World’s 50 Best restaurants sont devenus un graal dans le monde de la gastronomie, qu’on le veuille ou non. C’est en direct de Londres que l’acteur Stanley Tucci a animé cette grand-messe qui a égrainé le nom des lauréats comme à l’école, du 50 ème au 1er. Tous ont été désignés par un jury de 1080 votants du monde entier (parité hommes-femmes, 34% de chefs et restaurateurs, 33% de journalistes gastronomie et 33% de gourmets globe-trotters) qui doivent avoir expérimenté les restaurants auxquels ils donnent leur voix dans les 18 mois précédant le vote. Avec une évidence qui se confirme année après année, la haute gastronomie est désormais mondiale avec par exemple 8 établissements situés en Amérique du Sud (dont le n°2 de la liste, le restaurant Central à Lima au Pérou) et 7 en Asie. L’Europe reste toutefois la tête de proue avec notamment 6 restaurants qui se sont hissés dans le top 10. Et parmi eux, le « Best of the Best », celui dont tout le monde attendait fébrilement le nom. Le n°1 cette année se nomme Geranium et se situe à Copenhague. Il succède au célèbre Noma, autre établissement star de la capitale danoise qui avait été couronné l’an passé. Le chef Rasmus Kofoed, qui était avec son équipe déjà 2ème du classement l’an passé, propose une cuisine contemporaine « éveillant les sens » dans laquelle il a récemment retiré la viande.

3 établissements français et un immense sommelier italien

©José-Salto Retrat

Côté vins, le jury a décerné pour la 1ère fois le prix du « World’s Best Sommelier » qui n’a, au demeurant, rien à voir avec le concours du meilleur sommelier du monde. Heureux lauréat, le sommelier Josep Roca a été auréolé pour la cave absolument exceptionnelle sur laquelle il veille dans le non moins fantastique restaurant familial El Celler de Can Roca à Gérone en Espagne. Un homme humble, à la passion communicative qui incarne brillamment une vraie sobriété et un sens de la transmission. Josep aime expliquer : « Nous avons toujours essayé d’éviter l’ostentation, de symboliser le luxe et l’argent sur une étiquette. À un certain moment, nous avons commencé à raconter des choses sur le vin qui nous intéressait encore plus […]. Nous voulons que les gens qui viennent à la maison connaissent mieux qui garde le vin, nous voulons qu’il y ait une interaction, une démarche de respect envers la nature, de dialogue avec les vignerons. Nous voulons nous sentir comme des ambassadeurs de ceux qui font le vin, être proches des gens, car il n’y a pas de raison que l’habitude et la consommation du vin soient rigides. Nous voulons montrer que le vin n’est pas seulement goûté et senti, mais qu’il peut être ressenti, voire écouté. Nous voulons nous assurer que la visite de la cave soit appréciée aussi bien par les amateurs de vin que par les abstinents ». N’oublions pas qu’il s’agit d’une équipe au diapason. Citons donc également celles et ceux qui entourent Josep : Audrey Doré, Carlos Nolla, Cyril Vermeulen et Ivan Camps. Enfin, côté français, cette édition n’aura pas été très inspirée puisque seuls 3 restaurants figurent au palmarès : Septime, le Clarence et l’Arpège (respectivement 22ème, 28ème et 31ème) et tous situés dans la capitale ce qui évidemment interpelle tant la scène culinaire française recèle de pépites à travers l’Hexagone.  

Cet article The World’s 50 Best restaurants : Danemark et Italie au firmament est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire